Mythes et Légendes

Un forum où tout peut arriver, où les héros combattent les forces obscures, où les dieux interviennent à leur guise...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HEROS: Jason et Médée partie 1

Aller en bas 
AuteurMessage
Zeus Godfather
Olympien
Olympien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3024
Age : 25
Localisation : Dans les cieux
Emploi/loisirs : Foudroyer les mauvais membres
Humeur : Légendaire
Date d'inscription : 29/07/2008

MessageSujet: HEROS: Jason et Médée partie 1   Sam 9 Aoû - 19:56

Il y avait une fois en Grèce un vieux roi qui mourut en laissant deux fils. L'aîné s'appelait Aeson et le plus jeune Pélias. Le premier devait succéder au défunt roi. Or, à peine les lamentations funèbres s'achevaient-elles, à peine le corps du souverain finissait-il de se consumer sur le bûcher, que le cadet, cruel et rusé, détrôna Aeson et le chassa de la ville. Celui-ci vécut dès lors à la campagne mais là non plus il ne pouvait trouver la paix: il craignait pour la vie de son fils, Jason. Aussi imaginatif de simuler l'enterrement de son fils comme s'il était mort, pendant qu'en secret il l'envoyait dans les montagnes chez un sage et noble centaure.

Les centaures étaient moitié hommes, moitié chevaux : la tête et les épaules étaient celles d'un homme, le reste du corps était celui d'un cheval, avec quatre jambes et des sabots. Celui dont il est présentement question, Chiron, était fort et sage, et il avait déjà élevé plus d'un héros grec.

Jason vécut avec lui dans une grotte et s'habitua bientôt aux montagnes et aux forêts. Il apprit à se battre, à courir, à tirer à l'arc et il s'imprégna aussi de la sagesse de son maître.

Son corps et son esprit furent également entraînés, et lorsqu'il eut atteint vingt ans, il quitta sa retraite pour aller réclamer au roi Pélias le trône volé à son père, qui entre temps était mort.

Sur son chemin, Jason rencontra une rivière en crue au bord de laquelle pleurait une petite vieille toute bossue :

" 0 voyageur, sois assez bon pour me porter de l'autre côté. Tu es jeune et fort, moi je suis vieille et faible."

Comme il avait bon cœur, il la prit dans ses bras et la fit ainsi traverser le courant. En atteignant l'autre rive, son pied s'enfonça profondément dans la vase. Il ne s'aperçut qu'il lui manquait une sandale que lorsqu'il fut revenu à son point de départ.

Mais il ne perdit pas de temps à la rechercher et se hâta vers la ville. Pendant ce temps la vieille avait disparu, sans qu'il se doutât qu'elle était la déesse Héra, femme du roi des dieux, Zeus. Elle s'était ainsi transformée pour éprouver la bonté de Jason. Charmée par sa gentillesse, elle décida de le protéger dorénavant au cours de ses voyages.

A moitié chaussé, vêtu d'une peau de panthère et tenant une lance dans chaque main, le jeune homme arriva dans la cité. Il vit des gens assemblés sur la place du marché pour préparer des fêtes en l'honneur de Poséidon. A la vue de ce beau héros au visage de dieu, ils se dirent qu'une divinité était descendue parmi eux se joindre aux festivités.

Seul Pélias fut terrifié, quand il eut remarqué que l'arrivant n'avait qu'une seule sandale. Il s'était souvenu d'une vieille prédiction qui le mettait en garde contre un homme au pied nu qui causerait sa perte.

Habitué à la ruse, le roi cacha son émoi et demanda

"Qui es-tu, étranger, et que cherches-tu dans notre ville?"

"Je suis le fils d’Aeson, " répondit Jason, "et je viens te voir, ô roi! je ne veux pas te retirer les richesses que tu as prises à mon père, je veux seulement que tu me rendes le trône qui me revient. "

"Je serais heureux de satisfaire ta demande," répondit Pélias sans hésiter, "mais je voudrais que tu me rendes un service : si je n'étais pas si vieux, je ferais cela moi-même. Voici de quoi il s'agit : chaque nuit, l'ombre de notre parent Phrixos m'apparaît et me demande d'aller en Colchide chez le roi Aiétès pour lui reprendre la Toison d'or. Son âme ne peut trouver la paix tant que la Toison ne sera pas revenue dans sa terre natale. Va, rapporte-la. Tu deviendras célèbre et notre mort trouvera le repos dans sa tombe. Ta mission accomplie, je te céderai le royaume."

Le jeune homme acquiesça, car il ne savait pas quels dangers il courait. Quant au fourbe souverain, il sourit à l'idée de se débarrasser, grâce à sa ruse, de cet encombrant prétendant.

Jason envoya des messagers à travers tout le pays afin de rassembler les plus valeureux héros de Grèce pour aller chercher la Toison d'or. Les plus braves se joignirent à lui : Héraclès et Thésée étaient parmi eux. Même Orphée, l'aède, répondit à l'appel. Un constructeur expérimenté leur construisit un solide bateau. Ils l'appelèrent l'Argo, et prirent pour nom : les Argonautes.

Avant leur départ ils offrirent un grand sacrifice au dieu Poséidon et à toutes les divinités de la mer, puis ils s'embarquèrent. Cinquante rameurs tiraient sur les rames, et bientôt le port fut hors de leur vue.

Ils naviguèrent sur des mers inconnues, ils contournèrent des îles et des pays étrangers. Profitant d'un vent favorable, ils hissèrent la voile et le bateau glissa en avant. Lorsque le vent tomba, ils ramèrent avec énergie, la sueur coulant de leur front.

Ce voyage était semé d'embûches. Parfois, de grandes rafales couchaient le bateau. Ils dérivèrent sous des tornades au milieu du tonnerre et des éclairs. Des géants diaboliques, assis sur les côtes qu'ils longeaient, jetaient des rochers dans leur sillage au point que des vagues immenses balayaient le pont.

Mais la déesse Héra veillait sur Jason. Son aide, le courage des héros et les flèches d'Héraclès eurent raison des mauvais sorts. Ce dernier, rappelé par Zeus pour d'autres tâches, quitta les Argonautes.

Le bateau navigua longtemps. Pourtant le but de leur voyage était encore loin. Le soleil devint de plus en plus cuisant, les Argonautes connurent la soif et n'eurent bientôt plus d'eau à boire. Aussi abordèrent-ils à la côte la plus proche. La plage était rocheuse et inhospitalière. Quelques marins partirent à la recherche d'une source. Lorsqu'ils revinrent, ayant rempli leurs outres, pour étancher la soif de leurs camarades, une maigre et sinistre silhouette s'approcha d'eux. C'était un vieil aveugle, trébuchant parmi les galets, un bâton à la main. Il tomba épuisé sur le sol devant les héros qui se précipitèrent pour le relever.

"Je suis Phinée," dit le vieillard d'une voix chevrotante. "Les dieux m'avaient donné le don de voyance et j'ai mal utilisé ce don. Regardez-moi : voilà comment punissent les immortels! La déesse de la vengeance m'a privé de la vue et chaque jour les Harpies viennent arracher la nourriture de ma bouche. Peut-être êtes-vous justement ceux qui doivent, selon la prophétie, me délivrer de ma souffrance et de ma faim. "

Les Argonautes avaient entendu parler du terrible destin du roi Phinée. On le chantait dans toute la Grèce; aussi promirent-ils de l'aider. Une petite écuelle fut remplie de viande grillée et offerte à l'aveugle. Mais à peine avait-il approché un morceau de ses lèvres que l'on entendit le battement des ailes des Harpies, bêtes hideuses aux têtes de vieilles femmes et aux corps de vautours. Elles tendirent leurs serres crochues pour voler les victuailles offertes au malheureux.

Les marins crièrent sans les effaroucher. Ce n'est qu'à la vue des glaives nus qu'elles prirent peur de ces lames étincelantes. Elles s'enfuirent et ne revinrent jamais plus.

L'infortuné vieillard put enfin se rassasier. Il mangea goulûment et remercia ses libérateurs avec effusion. Pour les récompenser, il leur dit aussi ce qui les attendait dans les jours à venir et les conseilla pour la suite de leur voyage.

"Vous atteindrez bientôt deux énormes rochers" leur dit-il. "Ce sont les Cyanées, ou Roches bleues. Elles ne sont pas fixées au fond de la mer et dérivent en se heurtant fréquemment. Entre elles, vous seriez écrasés comme des grains de blé. Ne passez pas entre elles avant d'avoir lâché une colombe. Si elle passe au milieu, tirez sur les rames et suivez-la rapidement. Puis dirigez-vous droit vers l'Est: c'est là qu'est la Colchide. Vous reconnaîtrez facilement le palais d'Aiétès : il est couronné par plusieurs tours. Près de ce palais vous trouverez un bosquet dédié au dieu de la guerre Arès, et dans le bosquet vous verrez le gardien du trésor : le dragon qui ne dort jamais. Votre tâche sera périlleuse, mais la déesse Héra vous protège, et, si le pire survenait, Aphrodite, la déesse de l'amour, vous aidera."

Le vieil homme se tut et son regard aveugle se fixa au loin, comme s'il voyait à l'horizon les tours du palais d'Aiétès et la futaie où la toison merveilleuse jette des éclats dans le ciel bleu.

Les navigateurs dirent adieu à Phinée et s'embarquèrent. Leurs efforts vigoureux les amenèrent bientôt en vue du royaume d'Aiétès.

Sujet à suivre... ici.

http://mytheslegendes.superforum.fr/mythologies-et-legendes-grecques-f33/heros-jason-et-medee-partie-2-t34.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mytheslegendes.superforum.fr
 
HEROS: Jason et Médée partie 1
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comment faire une nouvelle partie sur le jeu ??????
» Partie de plaisir
» Créations de Jason
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Nouvelle structure de la Partie Privée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mythes et Légendes :: Mythologies et Légendes :: Mythologies et légendes grecques-
Sauter vers: